Cистема


Hier, je me suis essayé au systema.

Depuis le temps que des copains m’en parlent et que je regarde les vidéos sur Youtube en me posant certaines questions, j’ai profité d’un stage à deux pas de chez moi pour franchir le pas.

L’instructeur assurant le stage s’appelle Jérôme Kadian certifié « senior instructor » par Mikhaîl Ryabko et Vladimir Vasiliev en 2003. Je n’ai pas de photos ni vidéos car le contrôle de l’image était bien strict. Alors je joins ici une vidéo d’un autre stage avec Jérôme.

Mais place aux quelques impressions en vrac!

L’ambiance fut sympa et le sens de l’humour de l’intervenant bien adapté à certains exercices; ça sentais le contenu bien rodé et c’était bien appréciable pour les touristes de ma condition. Comme au tout début du stage où il fallait ramper au sol simplement à l’aide de ses épaules et de ses orteils seuls.

Dans l’éventualité d’une rencontre avec un autre participant, un obstacle, il fallait juste passer par dessus, sans se poser de questions. « Faire connaissance » avec les autres préconisait Jérôme. Face contre terre cet exercice fut repris dos au sol avec les yeux fermés cette fois ci.

Se réconcilier avec le sol, accepter cette position inhabituelle, faire fis des contraires de mobilités autant que de l’appréhension de sentir la pression, l’envahissement des autres est un exercice très fructueux sur le psyché de n’importe quel participants lambda. Car la peur apprivoisé, le souffle se calme et on prend réellement compte de la respiration et du lien qu’elle créer non seulement avec nos muscles, nous mêmes mais aussi avec notre environnement, avec les autres.

Dans chaque stage il y’a des anecdotes et celui-ci n’a pas échappé à la règle. Lors de la séance d’ondulation en décubitus dorsal, parmi une cinquantaine de participants, il était plus que fréquent de passer par dessus quelqu’un ou à se faire monter dessus. C’est ce qu’il m’est arrivé vers la fin, quand deux personnes quasi simultanément m’ont bloqué l’une sur les chevilles et l’autre sur les genoux m’empêchant de me libérer, de me mouvoir tout simplement. Bloqué de la sorte, j’ai sentis une tierce personne grimper sur un côté de ma hanche pour finir avec sa tête entre mes jambes. En ouvrant les yeux, j’ai éclaté de rire, car une jolie brune s’est retrouvé coincé sur mes bijoux de familles et je me suis dis que l’expression « faire connaissance » prenait véritablement tout son sens!

La matinée fut consacrée au divers exercices de renforcement musculaire, comme les pompes de systema où il fallait descendre sur 20 et remonter sur 10. Aux abdos des feignants, pas si fainéant que ça après la vingtième répétition, où fesses au sol et jambes surélevés il fallait repasser les jambes par derrière sans toucher le sol et se retrouver en position initiale. Et autres exercices tout en conscientisant de sa respiration.

L’après-midi quant à lui à débuté par des exercices de sensibilisation corporelle par les pressions de couteau sur le corps de son partenaire bien allongé sur le sol, face en l’air. Le but était de sentir la pression exercé et de pivoter dans le sens inverse pour la dévier.

Cet exercice de sensibilisation à amené la séance du travail au couteau proprement dis. Le premier point de l’entraînement au couteau portait sur la familiarisation avec l’objet. Accepter d’être touché par lui, accepter la pression de la pointe sur notre corps. Encore une fois, travailler sur l’apprivoisisation  de la peur pour libérer le souffle.

La suite était présenté comme un jeu, où une personne devait appuyer le couteau sur le corps du partenaire sous différents angles et directions. La toucher dans un premier temps pour lui permettre de déterminer la direction de la pression, lui permettre d’échappement à celle-ci, d’éliminer l’anticipation qui peut être développée dans une situation plus dynamique.

De s’apercevoir comme le corps réagis aux stimulus générés par le couteau et à chercher à éduquer le corps en conséquence. Se déplacer continuellement, prendre contact avec le bras armé pour dévier sa trajectoire.

Personnellement je n’ai pas été convaincu par l’esprit que véhicule ce genre d’exercices même si je conviens que quelques heures passé dessus n’en donne pas du tout une vision globale. Mais c’était juste une parenthèse car ces jeux avec la main armé sont très ludiques et permettent d’apprendre rapidement à placer son corps dans l’espace et à le bouger d’un seul bloc.

Bien sur, les séances de « partage de l’amour » pour paraphraser Jérôme furent au rdv. Frapper son partenaire n’est qu’un massage, un moyen lui permettant de se décontracter, de se relâcher. Accepter la frappe, expirer dessus, s’est apprendre à se relâcher. Et le dosage des frappes habitue à la frappe. Donc enlève les inhibitions et les blocages de respiration au moment du choc qui peuvent empêcher de bouger librement.

Je n’énumérais pas tout les exercices, en faire une liste exhaustive n’amènerais rien de plus à cd retour. Mais je préciserais juste l’intérêt, le mien en tout cas, sur ces exercices de massage qui permettent de relâcher le corps très souvent bien raide.

Les pompes effectués sur le buste (la tête) du partenaire en changeant l’emplacement, l’appui des bras à chaque fois. Ou cette action sur le bassin, une partie du massage pédestre bien localisé, permettant de détendre ce segment dur du corps.

Les thèmes abordés comme la structure, le développement postural, la mobilité et l’établissement d’une relation fiable avec son environnent furent commun avec ma pratique actuelle. L’accent sur la respiration et les étirement fut plus poussé et d’autant plus appréciable.

Pour résumer, ce fut une expérience agréable, malgré les courbatures inévitables des lendemains des stages et une expérience à renouveler.

Publicités

11 commentaires sur « Cистема »

  1. Hello Chris,

    Donc ca y est, tu as enfin put tater du systema
    Ca me brancherai bien aussi, mais on verra plus tard.

    Par contre il a bien fallu que l’anecdote tombe sur toi…
    En même temps je ne suis pas plus surpris que ça 😀

    Merci pour se retour plus qu’intéressant.

    David

    1. Ah, mais l’anecdote est véridique! Et, la brunette était craquante à souhait, si, si y’a des filles qui font du systema. J’en ais vu moi!

      1. Mais je te crois sur parole !!!
        Et je ne suis pas étonné plus que ça 😀

  2. Tu peux m’en dire plus sur ton ressentie à propos du « partage de l’amour » (je parle bien des frappes, pas de l’anecdote ^^

    David

    1. Donner de l’amour, l’expression pour dire frapper votre partenaire. Mais avec le sourire, pour aider le partenaire, en lui donnant de l’amour.
      Les partenaires se serraient les mains après chaque travail.
      Les autres expressions qui en fait rire à chaque fois furent « chercher la bonne viande » là il faut comprendre frapper là où sa fait mal. Où alors faire du « chiche-kebab » taillader avec la lame.
      Pour les frappes à l’instar des certains, j’ai demandé à se qu’on me frappe. Plusieurs coups d’une intensité progressive sous le plexus solaire et sur les pectoraux (la frappe marteau descendante).
      Est-ce que j’étais bien relâché, bien accepté les frappes où est-ce que Jérôme à retenu ses coups, quoi qu’il en soit rien pour se tordre dans tous les sens en soufflant en rafales. Certains l’ont fait, mais c’est certainement à cause de leurs gourmandise car Jérôme demande à un certains moment si on en veux encore. 😉

  3. Au passage; les exercices de renforcement ne portent pas sur les muscles, mais sur les tendons (travail tridimensionnel en lenteur). Dans l’optique du systema, être capable de manifester et d’absorber des mouvements puissants et rapides implique une totale relaxation musculaire mariée à de solides tendons. Car c’est par leur intermédiaire qu’une connexion s’établie entre les différents éléments de la structure corporelle.

    1. Eh, oui! Les russes ont fait plus fort que les chinois dans la notion de relâchement et bien plus fort que les japonais dans l’appropriation du sol.
      A méditer!

      Merci pour ton commentaire Salim.

  4. Ta as enfin pu tester! c’est cool, j’aurai bien été de la partie mais j’ai complètement loupé l’affiche…
    merci de partager avec nous tes impressions en tout cas!

    je reste très curieux de ces « frappes marteau » mais peu surpris qu’elles ne t’aient pas ébranler(pas de vilain jeu de mot avec l’anecdote^^) plus que ça,
    je pense que ryabbko est un cran au dessus des « majors instructeurs » et que les frappes de cet effet de courent pas les rues^^

    au plaisir

    1. Ah, mais tout à fait! Je n’ais pas la prétention de me prendre Hulk. Même Jérôme à dosé ses frappes. J’en suis persuadé qu’il pouvait me sécher si j’attends bien sagement qu’il m’en colle une! :p

  5. Salut kiaz !

    Heureux que tu es pu tester le systema. Tu as du croiser Stéphane le professeur de Lyon qui est aussi le mien car je suis inscrit dans ce club
    et j’y vais 2 fois par mois ;).

    C’est un super terrain de jeu pour essayer d’appliquer les principes de l’Aunkaï et l’ambiance est vraiment bonne.

    Je n’ai malheureusement pas pu participer à ce stage. Il y a tant
    a faire !

    A bientôt

    Amitiés

    Pierre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s