La nouvelle année

La nouvelle année

C’est un billet qui se veut humoristique avant tout.

D’où vient notre calendrier?

Par « notre » j’entends l’occident dans son expression culturelle issue de l’héritage hélleno-chrétien.

Il vient du latin calendae, premier jour du mois chez les romains. Il désigne un système de division du temps en années, mois, semaines et jours. On dis qu’il est grégorien, du nom du pape Grégoire XIII qui l’a mis en place en 1582.

Signes_du_zodiaque

Il n’est pas parfait ni universel. Et ce n’est pas le but de ce billet. C’était juste une introduction et précision car il s’est imposé dans la majeure partie du monde pour les usages civils. Bien que de nombreux autres calendriers sont utilisés pour les usages religieux ou traditionnels.

calendrier

C’est justement pour cette raison que je me pose la question suivante;  pourquoi les occidentaux et les pratiquants d’arts martiaux plus particulièrement, et notamment des pratiquants d’arts japonais, souhaitent systématiquement la bonne année chinoise alors que l’inverse est beaucoup moins vrai?

Pourquoi ils ne souhaitent pas la bonne année japonaise?

En effet, le nouvel an japonais, oshōgatsu (お正月) ou ganjitsu (元日), est célébré depuis des siècles et a ses propres coutumes. C’est l’une des fêtes les plus importantes de l’année et qui dure plusieurs jours.

singe japonais

Autrefois, au même titre que le nouvel an chinois, coréen (seollal) et vietnamien (têt), il était basé sur le calendrier chinois et était fêté au début du printemps. Depuis 1873, le Japon fonctionne sur le système du calendrier grégorien et le premier janvier est devenu le jour officiel du Nouvel An au Japon.

Mais vu qu’au fond ça n’a pas vraiment d’importance, je souhaite à tous les pratiquants une bonne année sous le signe du singe du feu!

année du sing

Le rachis & les émotions.

Voici un article très bien écris par Michel Dogna que j’ai lu dans Alternative Santé n°177.

rachi

VOTRE DOS EST UN TABLEAU DE COMMANDE,
JOUEZ-EN COMME ON JOUE DU PIANO !

S’il y a bien un aspect de la physiologie que la médecine officielle semble ignorer, c’est la distribution vertébrale du système nerveux autonome, ou neurovégétatif, partie orthosympathique.

Rappelons que c’est ce système nerveux qui commande toutes nos fonctions auto… auto… automatiques ! Dieu soit loué, s’il fallait gérer 24 h sur 24 le fonctionnement de nos poumons, de notre cœur, de notre estomac, de nos intestins, de nos reins, etc., nous serions très occupés rien que pour nous maintenir en vie… Disons que c’est le pendant du pilotage automatique des avions en croisière. Absolument tous les animaux sont dotés de cette merveilleuse technologie (même quand ils sont très bêtes !).

En ce qui concerne les humains que nous sommes, de chaque interstice intervertébral partent deux nerfs (un à gauche et un à droite) qui rejoignent un organe ou une fonction spécifique. Or il faut savoir que la colonne vertébrale est entre autres un site d’enregistrement somatique :

  • Les cervicales C1 à C5 : conflits mentaux.
  • Les dorsales D1 à D12 : conflits affectifs.
  • Les lombaires L1 à L5 : insécurité matérielle et affective, (d’où l’expression « en avoir plein le dos »).

L’enregistrement s’effectue sous la forme de spasmes qui, s’ils s’installent, deviennent inflammatoires. Or ce qui est trompeur, c’est que les algies se manifestent au niveau des terminaisons nerveuses, donc au niveau de l’organe cible, alors qu’on ne ressent rien de particulier au niveau vertébral.

Par exemple, si vous avez mal à l’estomac, un médecin « normal » vous ordonnera automatiquement un médicament contre la gastrite ou l’hyperchlorhydrie, ou un sédatif nerveux. Aucun ne vous orientera vers un ostéopathe, un étiopathe, un praticien de shiatsu ou encore un masseur ayurvédique.

Pour savoir si la cause est vertébrale, il suffit de tapoter avec deux doigts en marteau du côté de la vertèbre D6 ; s’il y a une réponse sensible, on est bien dans ce cas. Tout ce qui détend est valable. Même un baume anti-inflammatoire relaxant peut quelquefois suffire, si c’est le cas.

Une application pratique : il y a quelques jours, je me suis réveillé avec une douleur sourde lancinante dans la poitrine au niveau du sternum. Mon cœur était très tranquille. On est toujours un peu inquiet au sujet du cœur, surtout quand on est septuagénaire… J’ai demandé à mon épouse de tapoter vers la vertèbre D3, et de fait elle était un peu douloureuse – les autres étaient parfaitement insensibles. J’ai / nous avons donc été rassurés. Plus tard dans la journée, en faisant quelques brasses de natation, j’ai senti un petit clac dans le dos. En une heure, la douleur s’est estompée et a disparu.

Autre cas : J’ai eu un voisin qui a galéré pendant deux ans avec des arythmies cardiaques. Les cardiologues lui donnaient des drogues plus dangereuses les unes que les autres, et il allait de plus en plus mal. Trois fois je lui ai dit « As-tu fait contrôler ta vertèbre D3 ? ». Il me répondait poliment que non, et changeait de sujet. Ce n’est qu’à la troisième fois, la panique aidant, qu’il m’a pris au sérieux. Son problème a été réglé en une séance de chiropractie.

Afin de vous donner des idées sur certains troubles inexplicables qui peut-être vous gâchent la vie, voici un tableau de la distribution para-vertébrale pour les commandes des organes :

  • Base du Crâne / C1 : Approvisionnement sanguin de la tête – Glande pituitaire – Cerveau – Oreille interne et moyenne – SNV
  • C1 / C2 : Yeux – Nerf optique – Nerf auditif – Sinus – Langue – Os mastoïde
  • C2 / C3 : Joues – Oreille externe – Os de la face – Dents – Nerf trijumeau
  • C3 / C4 : Nez – Lèvres – Bouche – Trompes d’Eustache – Yeux
  • C4 / C5 : Cordes vocales – Pharynx – Glandes du cou – Amygdales
  • C5 / C6 : Glande thyroïde – Muscles du cou
  • C6 / C7 : Epaules – Coudes – Bourse séreuse de l’épaule
  • C7 / D1 : Avant-bras – Poignets – Mains – Doigts – Œsophage – Trachée
  • D1 / D2 : Bronches – Poumons – Plèvre
  • D2 / D3 : Poitrine – Seins – Mamelons – Coeur – Valvules
  • D3 / D4 : Psychisme – Coeur affectif
  • D4 / D5 : Artères coronaires – Sang
  • D5 / D6 : Œsophage
  • D6 / D7 : Diaphragme – Estomac – Duodénum – Plexus solaire
  • D7 / D8 : Foie
  • D8 / D9 : Vésicule biliaire
  • D9 / D10 : Reins – Capsules surrénales – Uretère
  • D10 / D11 : Rate – Pancréas
  • D11 / D12 : Intestin grêle – Circulation lymphatique
  • D12 / L1 : Gros intestin ou côlon – Anneaux inguinaux
  • L1 / L2 : Ovaires ou testicules – Genoux – Trompes de Fallope
  • L2 / L3 : Appendice – Abdomen – Caecum – Partie supérieure des jambes – Vessie
  • L3 / L4 : Utérus – Prostate – Muscles lombaires – Nerf sciatique – Organes sexuels
  • L4 / L5 : Partie inférieure des jambes – Chevilles – Pieds – Orteils – Hanches
  • L5 / S1-2-3-4-5 : Rectum – Anus
  • S5 /Coccyx: néant

Voici une liste de troubles pouvant être associés à un spasme vertébral (il faut y penser !) :

  • C1 : Maux de tête – Nervosité – Insomnies – Hypertension – Coryza – Migraine – Amnésie –   Epilepsie – Fatigue chronique – Etourdissements – Vertiges – Dépression nerveuse – Troubles mentaux
  • C2 : Sinusite – Allergies ORL – Surdité – Strabisme – Troubles oculaires – Otalgies – Evanouissements
  • C3 : Névralgies faciales – Névrite – Acné – Boutons – Eczéma
  • C4 : Rhume des foins – Catarrhe – Troubles de l’audition – Adénopathie
  • C5 : Laryngite – Maux de gorge – Enrouement – Angine
  • C6 : Torticolis – Douleur dans les bras – Amygdalite – Dysfonctionnements thyroïdiens – Goitre
  • C7 : Bursite de l’épaule – Céphalées – Fatigue
  • D1 : Asthme – Toux – Respiration difficile – Douleurs dans les avant-bras et les mains
  • D2 : Bronchite – Congestion de la poitrine
  • D3 : Troubles fonctionnels du coeur – Douleurs de poitrine
  • D4 : Douleurs dans les doigts – Tristesse – Dépression
  • D5 : Douleurs région cardiaque – Troubles coronariens – Douleurs sur trajet méridien MC – Anémie – Hypotension – Mauvaise circulation
  • D6 : Brûlures gastriques – Indigestion – Hoquet
  • D7 : Troubles estomac – Dyspepsie – Ulcère – Gastrite
  • D8 : Allergies – Urticaire – Troubles du foie – Zona – Auto-intoxication
  • D9 : Troubles de la vésicule biliaire – Lithiase biliaire – Acné – Affections de la peau – Eczéma
  • D10 : Troubles des reins – Fatigue chronique – Néphrite – Pyélite – HTA rénale
  • D11 : Diabète – Troubles du sang – Anémie
  • D12 : Rhumatismes – Stases
  • L1 : Constipation – Colite – Dysenterie – Hernies
  • L2 : Menstruations douloureuses, irrégulières – Ménopause – Impuissance – Douleurs des genoux – Stérilité
  • L3 : Affections de la vessie – Appendicite – Crampes – Acidose – Mictions difficiles ou incontinence – Varices
  • L4 : Avortements – Fibrome – Hémorragies utérines – Prostatisme – Sciatalgie – Lumbago – Dorsalgies
  • L5 : Stases circulatoires des jambes – Pieds froids – Faiblesse hanches, jambes, chevilles – Crampes
  • Sacrum : Troubles sacro-iliaques – Déviation de la colonne vertébrale
  • Coccyx : Hémorroïdes – Démangeaisons – Douleur à la base de la colonne vertébrale en s’asseyant.

Bon, il ne vous reste plus qu’à vous faire « pianoter » les vertèbres en famille ou entre amis… Essayez, vous serez peut-être surpris.

Michel Dogna

Ne pas perdre le nord.

Les disciplines japonaises issues de l’héritage des bujutsu sont monnaies courantes dans nos contrées et l’occidentalisation de leurs enseignement fait perdre de vue le côté culturel dont elles sont intrinsèquement imprégnées.

Crédit photo Matthieu Barrachin

Crédit photo Matthieu Barrachin

J’ai de la chance de suivre un enseignement « de première main », et je fais allusion dans cette expression à un enseignement fait par un maître japonais qui véhicule derrière lui toute la tradition culturelle même s’il est complètement « à la page » comme la majorité des japonais. Ce décalage peut perturber à première vue mais montre l’adaptabilité typiquement japonaise au monde qui l’entoure.

C’est cette dernière aptitude qui devrait nous aider à mieux appréhender l’héritage dont nous sommes les bénéficiaires. Et pour vraiment en saisir le sens nous devrions comprendre la hiérarchie interne d’un dojo. Et notamment les notions suivantes: sensei, senpai, dohai, kohai.

sensei-senpai-kohai-copy

Avant de donner les définitions de chaque mots, j’aimerais juste rappeler la nature des relations qui les lie. Elles sont très bien exprimés par le feu Tamura  Nobuyoshi.

« Si l’esprit de gratitude [d’un senpai] envers un kōhai s’exprime par cette seule pensée “Merci, de m’avoir permis de bien travailler aujourd’hui”, le kōhai sera heureux [;] de même si [le kōhai] remercie le senpai de son enseignement, [celui-ci] sera content. […] Il est grotesque d’avoir à dire “Respectez-moi car je suis votre senpai” […]. Le respect envers le senpai ne doit pas être provoqué, le kōhai doit tout naturellement avoir envie de respecter le senpai. Le senpai, lui, prend soin du kōhai car le kōhai occupe la place qui est la sienne et mérite par là que l’on s’occupe de lui. »

Mais commençant par le commencement.

Le dojo (道場) est le lieu consacré à la pratique de la voie supervisée par un maître.

Le sensei (先生) se traduit littéralement par « celui qui était là avant moi, qui est garant du savoir et de l’expérience d’une technique ou d’un savoir-faire »

Le senpai (先輩) est l’élève avancé et le kohai (後輩est le jeune élève.

Une chose importe est à préciser pour la bonne compréhension des choses. La notion de senpaï et de kohaï dépend exclusivement de l’ancienneté de l’élève dans l’art martial, elle ne dépend pas de l’âge ni du grade. Et c’est cette nuance qui à du mal à être accepté par nos ego occidentaux.

Le dohai (同輩.) désigne deux élèves de même ancienneté.

Ces notions sont importantes car elles définissent les relations entre les pratiquants et contribuent à maintenir un esprit de travail respectant les valeurs traditionnelles.

De l’importance des vrais saveurs.

J’ai de la chance d’être marié à une femme qui aime cuisiner et qui, heureusement pour mes papilles, cuisine très bien.

IMG_0810

Une tarte au fromage.

Nous aimons aller au restaurant au moins une fois par semaine, sur la pause déjeuner, pas seulement pour couper la routine quotidienne mais plus pour se retrouver et échanger sur autre chose que le train-train quotidien.

Ils nous arrive également de se faire plaisir et de s’offrir un étoilé. Pour s’en mettre plein les yeux et plein la bouche. Goutant aux saveurs inconnues et allant à l’encontre de l’imaginaire du chef.

Lors de la dernière escapade, dès la mise en bouche, je l’ai vu faire la moue, froncer les sourcils. Elle appréciait moyennement l’étalage multi-saveur et multi-couleurs pour lequel fallait sortir son ducat.

IMG_1173

Des plats pour 30!

Je pense que c’est du au fait qu’elle est bien derrière ses fourneaux où elle fait de la belle et vraie cuisine de terroir. S’autorisant des fantaisies sur les apéritifs et les desserts. Elle y est à l’aise.

IMG_1167

Des tablées bondés lors du dernier stage.

Savoir maîtriser et assembler les produits de base est la recette d’un plat réussi. C’est la même chose dans les arts martiaux. Si on maitrise ses bases on peut assembler à l’infini et tout aura une vraie saveur.

De bonnes fêtes de fin d’année. Et bon appétit!

 

Un petit tour de chiropraxie

Un petit tour de chiropraxie

Quelques vidéos trouvé sur le net.😉

Manger vrai

Manger vrai

Moi je vote pour re-manger de ce pain.

 

J’ai été élevé avec du bon pain, pétrit et levé dans la tradition. Issu d’une agriculture paysanne (on ne disait pas bio chez moi, en Pologne, à l’époque)

On devrait repenser toute agriculture car sinon, bientôt, nous aurons plus rien. Et je n’ai pas envie de finir comme dans le soleil vert.

Et dire qu’ils nous les cassent avec leurs COP21 de mes deux…..

 

 

 

Recherche d’alignement.

Beaucoup d’écoles insistent sur l’étirement du rachis. Peu en donnent la compréhension simple ni la complète avec des exercices ludiques.

Plus je pratique, plus je prends conscience de ce pilier de vie autour de quoi tout s’articule. Et je m’entraîne plus les exercices s’inventent d’eux mêmes.

Lors du dernier stage en  cherchant des explications aux questions posées, toujours très pertinentes par ailleurs, j’ai « spontanément » mis en place un exercice test pour vérifier  l’alignement de chacun.

Il s’agit de prendre un bâton et de le saisir très légèrement à une quinzaine de centimètre devant soi. Il est indispensable de sentir le poids de celui-ci et progressivement, alors que le corps se met en position légèrement assise (position maho) relâcher  la pression de la saisie pour que la gravité joue sur le bâton et commence à l’attirer vers le bas.

A ce moment, tout en fermant les yeux, on essaie de projeter l’image du bâton à l’intérieur de nous, à la place de notre colonne vertébrale.

Et, il est très amusant de voir comment on perçoit notre alignement. Comment on s’imagine être droit. Il suffit juste de prendre quelques photos et confronter notre perception à la réalité.

Y a encore du boulot pour sur son schéma corporel !