La table d’inversion.


La table d’inversion ou le principe du plan incliné d’Hippocrate.

Ayant connu les sauts d’humour de la 5ème lombaire dû, tant au travail physique (par obligation et nécessité) qu’aux bêtises liées à la jeunesse. N’étant point à l’écoute de mon corps j’ai laissé s’abîmer mon dos par l’inconscience pur et simple.

J’ai connu des ostéopathes et vertébrotérapeutes divers. Mais inconsciament, après avoir sentis les contorsions de mon corps entre leurs mains je me suis dirigé vers un arbre, dans lequel je trouvait toujours refuge étant enfant, pour m’y pendre par les pieds à l’instar d’un cochon pendu.


Bien que la descente s’avérant difficile, le bien-être procuré par cette suspension me faisait pendre aux branches régulièrement. Je me suis donc interessé aux moyens techniques existant pouvant remplacer cette solution quelques peu hasardeuse pour mon intégrité physique, malgrès le bien être immédiat procuré!

Mes recherches m’ont amenées sur la piste du plan incliné d’Hipocrate. Le plan incliné d’Hippocrate réalise une gymnastique passive ou le corps, suspendu par les pieds, repose sur un plan dur. L’intensité et le point d’application de la force de traction sont réglés par le degré d’inclinaison de la planche.
La suspension au plan incliné provoque par la mise en jeu de l’attraction terresre:
1) une élongation orthopédique passive et naturelle de la colonne vertébrale
2) une simulation de la circulation de retour
3) un bien être vertébral et circulatoire, par ces deux actions conjuguées


La durée de la suspension doit être comprise entre 15 et 20 minutes et les effets dans la durée sont les suivants:

– décompression intervertébrale (lombalgie, sciatiques discaux, douleurs interscapulaires)
– lutte contre les jambes lourdes, les varices et le souffle court
– diminution des risques de surmenage cardiaque par augmentation du débit de la circulation périphérique, notamment veineuse – lutte contre l’insomnie par déblocage du diaphragme
– détente générale

Mais l’occasion d’investir dans une table d’inversion, un cadeau pour être plus exact, m’a permis de travailler avec régularité et sans risque aucun sur le décompression intervertébrale. Il m’arrive même de travailler suspendu à une jambe.

La différence avec une suspension complète se résume dans l’absence d’élongation brusque voir violente. Car il s’agit dans ce cas de se « dérouler » bien droit, pas plus d’un côté,que ce soit à cause d’une jambe plus forte ou à une chaîne musculaire raccourcie, car cela peut détendre plus un côté que l’autre. Alors que le but recherché est une stabilité du bassin.

L’avantage d’avoir la tête en bas, c’est de sentir aisément les déséquilibres posturaux qui nous sont propres.
Dans la position debout, l’habitude nous fait compenser ses déséquilibres inconsciemment. Et à force nous perdons nos repères qui nous aident à « se redresser ».

La table d’inversion, vu que c’est d’elle dont en parle, permet de renverser (aucun jeu de mots là dedans! ) cette tendance et nous place en face de tous nos défauts structurels.

Pour la petite histoire, selon des conseils avisés, la suspension sur une jambe (étirement global de la colonne dorso-lombaire par suspension par un pied visant d’autre part à élonguer en rectitude le membre inférieur droit dans la perspective d’une action correctrice de l’appareil de contention du genou droit- Loi du Charles Ducroquet) m’a permis d’étendre, assouplir une chaîne musculaire contracté (raccourcie).

Sinon, j’ai réussi à redormir sur le dos. Banal me direz-vous, peut-être mais celui qui à souffert du dos pendant des années et n’a pu s’endormir que sur le côté, dans la position du chien de fusil me comprendra.

avril 2009, le constat

Je déconseille par contre de placer les bras en hauteur. Cela ne fait qu’augmenter les bras de leviers et donc les forces de contraintes sans bénéfice quelconque sur le travail accompli ou à accomplir.
Le mieux est d’accrocher les mains sur sa ceinture ou les mettre dans ses poches.

La durée de la suspension varie selon le temps dont je dispose, entre 10 à 20 mn. Et je ne m’amuse pas à varier les angles d’ inclinaison. Je me contente, pour éviter une monotonie à lire quelques pages d’un livre.
Quant à la suspension totale, à part faire affluer le sang dans la tête ne semble pas présenter grand intérêt. N’oublions pas que la table d’inversion est calqué sur le plan incliné d’Hippocrate qui avait pour but de réaliser une gymnastique passive où le corps, suspendu par les pieds, reposait sur un plan dur. L’intensité et le point d’application de la force de traction étant réglé par le degré d’inclinaison de la planche.
Mais dépasser les 30° d’inclinaison n’apporte pas plus d’effet. A moins d’avoir des penchants funambulesques.

Pour les curieux voici le principe de la table d’inversion appliqué comme une méthode de respiration artificielle sur un patient paralysé (+/- 1940)

La source d’informations sur  Le plan incliné d’Hippocrate et les conseils pour en fabriquer un soi-même!

Advertisements

2 réflexions sur “La table d’inversion.

  1. ayant eu une double fracture des vertebre d3 d4 epuis je souffre des que j ai une position statique debout ou assis trop prolonger ,
    penser vous qu avec une table a in,version cela me soulagerais de mes douleurs .
    merci

    • La table d’inversion est une élongation passive de la colonne vertébrale qui libère l’espace intervertébral. Pour cette raison toute simple je ne peux que vous conseiller de vous tourner vers votre médecin traitant en lui expliquant votre demande.

      Bon courage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s