Attitude scoliotique ou la nécessité d’être droit.


Je suis sensible à ma posture et je tente en permanence de me tenir droit. De me redresser, devrais-je dire. Ce n’est ni un hobby ni un défi mais le résultat de nombreuses années de douleurs pendant lesquelles j’ai abusé de mon dos et mis ma colonne vertébrale à rude épreuve.

Le stress, des mauvaises habitudes dans le travail et dans les choses courantes de la vie, ajoutés à un manque d’exercice de renforcement et de correction ne font qu’alourdir une attitude scoliotique.

Aujourd’hui, l’une des suggestions sur mon compte de youtube m’a donné envie de partager cette vidéo.

La colonne vertébrale est le pilier du buste humain. Il maintient toute la structure osseuse du tronc qui a pour but de protéger les organes internes. Lorsqu’elle est lésée, elle ne remplit plus parfaitement son rôle. La scoliose est l’une des pathologies qui peuvent l’atteindre.

La scoliose est une déformation structurale évolutive de la colonne dans les trois plans de l’espace :

• plan frontal (vue de face) : c’est l’incurvation mesurée par l’angle de Cobb*,
• plan horizontal : c’est la rotation vertébrale qui s’accompagne d’une gibbosité visible à l’examen clinique,
• plan sagittal (vue de profil) : c’est l’hyperlordose (cambrure), le dos plat, voire le dos creux.

La composante sagittale est généralement la première à apparaître. Ce peut être la plus préoccupante.

Qu’est-ce qu’une scoliose ?

La colonne vertébrale est constituée d’une succession de vertèbres (7 cervicales, 12 dorsales, 5 lombaires, sacrum et coccyx). Elle effectue 4 courbures : la première est vers l’avant au niveau du cou, la lordose cervicale physiologique, la seconde vers l’arrière au niveau de la cage thoracique, on parle de cyphose dorsale puis à nouveau une lordose au niveau des lombaires et enfin une cyphose sacrée.

Mais la colonne vertébrale ne fait aucune déviation sur les côtés et elle reste entièrement verticale sur ce plan Dans le cadre d’une scoliose, le rachis dévie latéralement et peut créer une bosse appelée gibbosité.
Celle-ci est créée par la rotation progressive des vertèbres : la colonne vertébrale déviant vers la droite ou vers la gauche, chaque vertèbre qui constitue cette déviation va peu à peu se tourner sur elle-même afin de suivre la courbure. La scoliose conduit l’individu qui en est atteint à « pencher » vers le côté vers lequel dévie la colonne. Mais en dehors de cet aspect inesthétique, la scoliose peut avoir des répercussions sur les organes internes : la mauvaise position de tout le buste peut exercer des pressions sur les poumons voire même sur le cœur : se produisent des insuffisantes respiratoires et des problèmes cardiovasculaires. Des douleurs peuvent aussi se produire, elles sont assimilables à des douleurs rhumatismales.

Il est important de savoir distinguer une scoliose à proprement parler, c’est-à-dire une déformation de la colonne vertébrale, d’une attitude scoliotique car le traitement n’est pas le même.
L’attitude scoliotique consiste en une habitude posturale inadéquate du patient. En fait, le plus souvent, on se tient mal : la mauvaise position assise dès les bancs de l’école nous conditionne dans une certaine position qu’on ne quitte plus une fois pris. Mais cette mauvaise habitude, même si elle n’est pas bonne en soi pour la santé du dos, n’entraîne habituellement pas de vraie scoliose.

L’attitude scoliotique peut être également due à une asymétrie dans la longueur des jambes. Ainsi, le buste penche vers le côté de la jambe plus courte. Les hanches peuvent aussi être en cause. Il n’y a de remaniement osseux que dans la scoliose vraie.

La scoliose, quant à elle, est la déformation proprement dite de la colonne vertébrale. Elle apparaît généralement chez le petit enfant avant 6 ans. Elle est même parfois décelable avant 1 an. Elle évolue par stade. La première correspond à une période de sommeil de la scoliose. Elle existe mais ne se manifeste pas encore sur la position et sur la santé de l’enfant.
La scoliose est diagnostiquée vers 6 ans et ses complications peuvent apparaître jusqu’à la puberté.

Classification des scolioses
Classification des scolioses

La scoliose est mesurable : la déviation latérale peut être plus ou moins importante. En dessous de 20 degrés, la scoliose n’est pas grave et a généralement peu de chances d’évoluer. Mais lorsqu’elle dépasse 30 degrés, la scoliose peut continuer d’évoluer vers des angles plus importants qui peuvent s’avérer dangereux pour l’organisme.
L’origine de la scoliose peut être très difficile à établir. Dans 70% des cas, la scoliose est dite idiopathique, c’est-à-dire qu’elle s’est déclenchée spontanément sans cause particulière.

Les scolioses ont intérêt à être détectées tôt dans l’enfance, l’intervention préventive étant plus efficace avant la fin de la croissance de l’enfant. Dans les cas mineurs, il sera simplement placé sous observation. Si, d’une radiographie à l’autre, le médecin note une aggravation de la scoliose (mesurée en degré), il pourrait suggérer le port d’un corset jusqu’à la fin de la croissance. De cette façon l’intervention chirurgicale consistant à redresser la colonne à l’aide d’une tige, peut être évitée dans la majorité des cas.

Ainsi, les parents doivent être vigilants à observer la colonne de leurs enfants et consulter leur médecin en cas de doute. Bien sûr, il faut aussi encourager une posture où les courbures normales de la colonne sont préservés.

L’ostéopathe possède des connaissances et des moyens thérapeutiques lui permettant de détecter des causes passant sinon inaperçues. Ces cause peuvent avoir une origine crânienne, viscérale ou liée à la colonne elle-même ou plus en profondeur, les méninges, notamment la dure-mère. Traiter ces causes peuvent prévenir une évolution qui irait vers une aggravation ou même amener un redressement partiel des courbures. La personne peut ainsi vivre plus harmonieusement avec sa scoliose.

Traitements:

La kinésithérapie, quelle que soit la technique utilisée, n’a jamais prétendu faire disparaître une scoliose évolutive. Il faut bien informer le patient et sa famille sur les limites des moyens physiques dont on dispose pour traiter les scolioses, seuls les bilans cliniques et radiologiques déterminent la stratégie thérapeutique en fonction des perturbations de telle ou telle structure.

La kinésithérapie cible : la mobilité de la colonne vertébrale, une meilleure souplesse musculaire pour des mouvements efficaces, une re-programmation neuro-motrice de réajustement postural, un travail de ventilation pour prévenir le retentissement de la scoliose sur les capacités respiratoires.

Le médecin rééducateur est responsable : de la surveillance de l’évolution clinique et radiologique de la scoliose, et du traitement proposé (particulièrement le choix du type du corset, sa tolérance et l’observance de ce type de traitement).

Traitement par Corset:

Le corset permet de stabiliser l’évolution d’une scoliose voire parfois de la réduire partiellement. Il existe différents types de corsets, chaque médecin rééducateur décide du choix du corset en fonction de plusieurs paramètres.
Les facteurs de réussite d’un traitement par corset sont : le jeune âge lors de la mise du corset, un angle de scoliose relativement élevé mais associé à une rotation vertébrale peu importante, et surtout la bonne correction (plus de 50%) de la courbure scoliotique lors de la mise du corset.
Il faut penser au corset dans le cas des scolioses progressives en phase de croissance entre 20 et 45°, traiter de façon précoce et vérifier la correction de l’angle sous corset.

Les échecs du corset sont : le jeune âge du patient (par mauvaise compliance), la croissance résiduelle importante et les patients de sexe masculin.

Les facteurs défavorables à un traitement réussi par corset sont : un angle de courbure élevé, une scoliose en zone thoracique, une mauvaise correction sous corset, une rotation importante, une hypocyphose et une mauvaise compliance.

La chirurgie

Traitement ultime mais non systématique. L’indication d’opérer une scoliose doit être collégiale, elle tient compte d’un cahier de charge précis et doit être préparé médicalement et psychologiquement longtemps à l’avance.

Les indications du traitement chirurgical chez l’adolescent sont à envisager à partir de courbures supérieures à 40° – 45°, surtout si la courbure progresse malgré un traitement par corset, et tout particulièrement pendant la phase pubertaire. La décision chirurgicale n’est pas uniquement basée sur la mesure de l’angle de Cobb.

Une fois que l’opération a eu lieu, une rééducation est nécessaire pour un meilleur résultat.

Mais le meilleur remède c’est la prévention. Et de ce point de vue la quadrupédie peut être d’une aide .

Ceci est un sujet de sensibilisation et n’a pas la prétention de se substituer à un avis et à une définition compétente.

Il sera néanmoins suivi de quelques articles bien ciblé sur le travail de la colonne. Tant sur le travail d’assouplissement que sur le travail de renforcement.
A suivre donc….

*L’aspect tridimensionnel est mal représenté par la mesure de l’angle de COBB pour les scoliose importantes. C’est moins faux pour les scolioses mineures de 15 à 20 °. On envisage le traitement correcteur à 20°
La mesure doit se faire à partir des vertèbres les plus inclinées sur l’horizontale afin d’obtenir l’angle maximum.

Publicités

Un commentaire sur « Attitude scoliotique ou la nécessité d’être droit. »

  1. Hello,
    le travail qualitatif des kinés est une bonne aide mais ne permet pas de régler en profondeur. Un travail qui prend en compte l’ensemble du corps comme peuvent le faire certains osthéopathe et que font les fasciapulsologues, permet un lien entre lésions artilaires/osseuses et les organes et membranes internes.
    Parfois il faut la conjugaison intelligentes de différents thérapeutes pour favoriser au mieux la santé et le quotidien du patient, qui est la priorité;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s