Les rivages du paradis…


Une pensée retrouvée prisonnière par un concours de circonstance plus que hasardeux…

Le ciel bleu azur laissait paraître la demi-lune d’un blanc pâle.

Pendant que la brise légère caressait mon visage.

Le chant joyeux des oiseaux berçait lentement mon âme.
Regard lointain, les yeux mi-clos, j’entrevoyais les rivages du paradis…
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s