La formation du corps: les prémices.


‘avais écris cet article le 1er septembre 2009 suite à un projet de perte de poids que j’avais entamé avec un ami, coach et bloggeur invétéré de l’épanouissement de l’individu, dont je vous conseil vivement la lecture des différents sujets.

Bien que ça place était toute désigné sur ce, mon blog, je me suis tâté un bon moment avant de me décider de le (re)publier. Non, pas que cet « objectif » ne soit plus dans l’air du temps mais parce que j’ai tellement intégré l’exercice à la routine quotidienne que s’en est devenu banal.

Et la banalité entraîne inévitablement une paresse et une lassitude inexorable. En parcourant le dernier sujet posté par Léo, je me suis dis qu’il faut toujours être dans le mouvement et qu’il faut toujours chercher à persévérer.
Il n’y a que comme ça qu’on peut s’approprier, s’apprivoiser son corps.

Alors, bonne lecture!

___________

Vers quel âge prend t’on conscience que la fougue de l’adolescence ne dure pas éternellement?
Que notre organisme ne réagit plus pareil, qu’il ne récupère plus aussi vite et qu’il ne pardonne plus aussi facilement nos excès?

Je crois que c’est le jour ou nous arrêtons de lutter contre le courant qui nous entraine inéluctablement vers notre fin.

Les années passent à une vitesse qui nous surprennent, quand on regarde vers l’arrière, vers hier,vers notre passé.
Je me vois encore courir avec le sac de sport sur le dos à l’entrainement, bien que ça fait belle lurette que je ne fréquente plus les sols d’un dojo.

J’ai pendant quelques années tenté de trouver une solution, un échappatoire à cet enlisement par un curieux besoin de trouver, créer une synthèse personnelle qui serait capable de répondre à toutes mes attentes. J’ai lu tout ce qui me tombait sous la main se rapprochant de plus au moins loin d’un art martial, d’une pratique guerrière. Pris des notes, fait des synthèses des livres, constitué des books même! Mais cela ne se traduisait que par une effervescence intellectuelle. Qui de plus n’affectait pas, ne conditionnait pas mon quotidien. Je vivais sur les acquis, sur le souvenir des sensations passées.

Pendant ce temps mon corps était mis à lourde épreuve. Dû à la vie, tant professionnelle que personnelle. Où chaque abus, se rajoutait sur le précédent, couche après couche. Mois après mois et année après année. Pire, plus je m’en rendais compte, plus j’intellectualisais ma quête et moins j’agissais.

Un jour, j’ai décidé d’arrêter la cigarette. Sans changer aucunement mon train de vie, dont j’abusais sans cesse. Gourmet que je suis, j’ai continué à fréquenter les restos 2 à 4 fois par semaine.

Jusqu’au jour, où…… j’ai vu un quadra avec un embonpoint, joues bouffies:  le parfait sujet de mes critiques de bistrot. C’était devant une glace qui me renvoyer un reflet:  le mien.

Le déclique venait avoir lieu.

Appelez ça une prise de conscience ou donnez lui le nom que vous voulez. Peu importe, une page venait de se faire tourner.

L’avantage d’avoir passé des mois et des mois à chercher une forme idéale, en dehors de perdre le temps, c’est d’avoir, à condition d’avoir été sincère et honnête, analysé ses défauts et accepté ces limites.

Début décembre 2008, le hamster (dixit maman) fait le triste inventaire.

Moi qui est connu 69kg500 de 18 à 25 ans, je venais de porter l’aiguille de la balance à 92kg pour
1m77 (je vous fais grâce du ½ qui a toujours fait rire tout le monde)
Le but c’est de descendre en dessous de 80kg.

L’idée de prendre toutes les mensurations n’a germé qu’à la lecture d’un article de CoachDom sur son blog «Gai rire, l’être digne» intitulé Premier projet 2oo9: perdre 15 kilos pour le 5 février.

Voici donc la bête ce 4 janvier 2009:

  • tour de la tête:…hors catégorie! hi hi hi
  • tour du cou : 42,5cm
  • tour de poitrine: 104cm
  • tour de ventre :102cm
  • tour des hanches : 103cm (hé, hé…c’est ma femme qui prenait les mesures)
  • tour de bras gauche : 31cm
  • tour de bras droit : 32cm
  • tour de cuisse gauche: 57cm
  • tour de cuisse droite: 57cm
  • tour du mollet gauche :41cm
  • tour du mollet droit : 41cm
  • poids (au 04/01 à 18 :50) : 86kg

Mes résolutions ce jours furent simples.
La perte de poids entre dans le mouvement d’une prise de conscience de son corps. Et de la perception à son « environnement ».
Dont la finalité est la mobilité et une meilleure utilisation de nos potentiels (cachés, parasités…)
Bref, la date du 5 janvier en est le Top départ.
Alors permet moi de relever et d’expérimenter le chalenge de perte de poids en parallèle avec toi.
Personnellement je n’ai choisi aucun régime particulier. Sauf celui de moins taper dans les apérots et digeots ….
Pour la nourriture…je ne pourrais pas faire un régime, je suis trop gourmand et ais toujours été habitué à la cuisine du terroir.
Plutôt différents terroirs…Donc, en parallèle des exercices physiques sont au programme, bien que déjà bien entamé ceux-ci.

Parallèlement à cette résolution, l’idée de plus en plus forte frappait à ma porte.
La réaction d’orgueil que j’ai eu envers mon apparence ne doit pas servir qu’à un changement d’apparence physique «provisoire», comme c’est le cas malheureusement de la majorité des régimes.
J’ai décidé de m’en servir pour remettre les pendules à l’heure. Tant au niveau alimentaire qu’au niveau de ma pratique «martiale». Fini, les bavardages du salon, fini l’intellectualisation inutile et contre productive.

«Phénix doit renaitre de ses cendres!»

Des fois je m’épate! Je crois que je me suis gouré de métier; j’aurais dû faire prof de philo ou narrateur?!

S’il y a une leçon que j’ai apprise dans tous ces mois de recherches, c’est que rien ne change instantanément. Le secret des alchimistes m’étant inconnu, j’ai décidé de prendre mon temps.
Prendre le temps de retrouver la forme et apprivoiser mes formes, leur donner les courbes voulues.

Joueur d’échecs occasionnel que je suis, j’ai élaboré une stratégie bi-polaire.
L’attention alimentaire, qui tient compte de mon appétit et ma gourmandise et la persévérance au niveau de l’effort physique.

«Rien de ne sert de courir…..non, cela ne sert à rien»

Le but s’est d’être présent au starting-block le lendemain. C’est dans la durée que l’effort paie.
Faire le yoyo avec son poids, comme mes collègues du travail ce n’est pas pour moi.
Je les entends parler des régimes divers et variés à longueur de journée, semaine après semaine.
En jubilant sur le gramme perdu la veille et pleurant sur les deux pris le lendemain.

J’avais tout de même des contraintes alimentaires fortes.
J’aime bien manger, autant que bien arroser un bon repas. J’ai pas honte de dire que je rentre dans la catégorie des bons vivants. Je l’assume !

J’ai consacré mes efforts donc sur le choix des plats d’une part; poisson légumes à midi au self et viande féculents le soir à la maison (au lieu de deux fois la viandes et féculents par jours).
J’ai supprimé le sucre et les excès de sel.
J’ai fais attention à ma consommation d’alcool.
J’ai pris le temps de manger, de mâcher mes aliments. Au lieu de les avaler d’un coup comme un chien affamé.
J’ai mangé deux pommes par jours, à 10h et 15h

Et j’ai bougé.

Au début ce fut juste le footing; 30 mn pour commencer, puis 40, 50……et ça peu importe le temps.
Qu’il pleuve, vente, fasse chaud, j’enfilais mes basquettes et vogue la galère!
«Aller jeunesse! De la vitesse! De la sensation! Les billets se prennent à la caisse!»

Progressivement, je me suis rendu compte que mes attentes étaient plus importantes que le simple fait de perdre du poids.

Je pris la décision d’aller au delà d’un poids «souhaité» et d’une forme retrouvée. Ce qui ne serait qu’un résultat d’une hygiène de vie saine. Et cette perspective ne me satisfaisait guère. J’en voulais plus!
Un ami m’a dit que mon «plus grand pécher» c’est la gourmandise. D’en faire toujours trop.

Je voulais, je veux toujours (puisque l’objectif final est loin d’être atteint) former mon corps.

J’ai ajouté à mes séances de footing quotidiennes un travail abdominal. Toujours en crescendo.
Quatre séries de dix répétitions chacunes, pour arriver aujourd’hui à vingt répétitions.

J’ai expérimenté les renversements du tronc égyptien, au même titre que certains exercices de gymnastique orthopédique. Tenté de corriger certains défauts posturaux avec l’idée de réapprivoiser mon corps.
De là j’ai été attiré par le travail du bâton de Napoléon Laisné, que je travaille depuis le mois d’avril.
Les exercices de restructurations et de rééquilibrages des axes corporelles selon la méthode de Akuzawa m’ont passionné. Je me suis trouvé en phase avec sa simplicité cachée. Et me suis lancé à fond dans ces quelques exercices fondamentaux qui font partie de mon quotidien dors et avant.

Nous sommes le 1er septembre 2009 il es 20:56

  • tour de la tête:…inchangé!
  • tour du cou : 40cm
  • tour de poitrine: 105cm
  • tour de ventre :94cm
  • tour des hanches : 96,5cm (je garde cette côte car elle diminue sensiblement)
  • tour de bras gauche : 32 cm
  • tour de bras droit : 32cm
  • tour de cuisse gauche: 55cm
  • tout de cuisse droite: 56cm
  • tour du mollet gauche :39cm
  • tour du mollet droit : 39cm
  • poids (au 01/09) : 78,5kg

Objectif atteint.

Mais comme toute quête, la mienne n’a pas échappé à la règle et j’ai moi même suivi les traces de l’Avant Coureur.

Des nouveaux objectifs ont été fixés….et l’aventure continue.

_____________

Je suis persuadé que vous vous dites, ouais, ouais, ouais…..septembre 2009, c’est ça! Nous sommes passé en 2010 entre temps, et tout le monde sait que les fêtes de fin d’année avec la période hivernale ne sont pas propices  à une perte de poids (et ceux qui me connaissent savent à quel point je suis un bon vivant!).

Voici donc l’heure du verdict:

  • tour du cou : 39cm
  • tour de poitrine: 104cm
  • tour de ventre :94cm
  • tour des hanches : 92cm (hé, hé…c’est ma femme qui prenais les mesures)
  • tour de bras gauche : 32 cm
  • tour de bras droit : 32cm
  • tour de cuisse gauche: 56cm
  • tout de cuisse droite: 57cm
  • tour du mollet gauche :39cm
  • tour du mollet droit : 39cm
  • poids (au 25/02/10) : 81kg

J’ai sentis la hausse du poids ces derniers temps, pas tant par la « quantité » de nourriture absorbé, ni par d’éventuels excès mais plus par le poids du stress qui s’est accentué brutalement travail.

Mais je reste malgré tout satisfait d’un certain amincissement et d’une (légère) prise de masse musculaire.
L’objectif est donc toujours dans l’actualité et l’envie de « taper dedans » toujours aussi présente!

Rendez-vous donc dans quelques mois!

Et n’oublions pas : sourions, respirons, faisons-nous du bien, et relâchons-nous !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s