Cap sur la méthode de développement de la puissance interne.


Aujourd’hui, j’avais envie de rebondir sur une phrase de mon maître, Minoru Akuzawa fondateur de Bujutsu Aunkai.

Il y a une expression qui montre bien l’esprit des bujutsu à l’origine ;

« Ce n’est pas la façon de faire, mais la façon d’être »

La question principale c’est comment « être » ou comment le « devenir ». Et là, je pense que la question du développement des aspects internes prend tout son sens.

Pour aborder cette approche il nous faut un programme spécifique pour transformer  la façon dont on utilise son corps en ce qui concerne l’expression de la puissance, l’absorption, la redirection de la force dans son corps, l’utilisation de son centre, etc…

Il va de soi, que « posséder l’interne » ne nous rendra pas forcément plus fort, encore que cette notion se discute sur sa définition, mais nous aidera à exprimer toutes les techniques avec une saveur différente rendant les résultats significativement « meilleurs » sur la gestion et la génération de l’énergie.

Aujourd’hui nous avons tout un catalogue « à la carte » des méthodes dites « énergétiques » ou « internes ». Mais un tel un panel de choix, sans chercher à discuter ou à débattre sur la réalité d’éventuelles capacités internes de l’une ou l’autre rends le choix tout simplement chaotique.

Chaque style, chaque école, chaque lignée de la famille des arts internes affirment que sa façon de faire est différente des autres même si tous les principes de base partagent les mêmes critères ils se chevauchent dans des proportions différentes en fonction de l’art.

daito sahara ha
Yukiyoshi Sagawa

Au Japon, nombreuses écoles de Daito-ryu prétendent enseigner l’aiki dans leurs cursus. Mais beaucoup utilisent ce terme pour parler des termes comme « prendre l’initiative », « déséquilibre » ou « force de levier ».

Des générations d’aïkidoka cherchent à retrouver « l’aiki » que visiblement Morihei Ueshiba n’a pas, n’a pas voulu ou n’a pas réussi à transmettre si je m’en tiens à l’anecdote où déboulant dans le dojo, il se serait écrié « Ce n’est pas mon aikido ! » (1)

Aikido Morihei Ueshiba
Morihei Ueshiba

La Chine possède de nombreux experts dans l’interne mais même là il est difficile de faire le tri entre le Waijia (courant externe) et le Neijia (courant interne) puisqu’ils n’utilisent pas la même approche d’apprentissage ? Le Waijia utilise la force physique (Li) pour conduire le Qi, tandis que le Neijia utilise l’intention (Yi) pour déplacer le Qi.

Comment dans ce capharnaüm ésotérique, taoïste, bouddhiste, néo-shintoïste et shamanique, ne pas faire l’amalgame sur la méthode d’entrainement interne?

Il nous faut trouver un maître qui la comprit. Qui est capable de faire la démonstration de ces capacités de puissance interne sans prétendre qu’il faut « tout une vie d’entraînement » pour y arriver, qui ne sous entends pas de travail de souffle et qui ne se cache pas derrière les mystères énergétiques pour les expliquer. Et surtout qui vous explique comment faire.

Je pense avoir trouvé un tel maître. Et j’ai de la chance de le suivre depuis une dizaine d’années déjà.

Minoru Akuzawa a fait une synthèse personnelle des Tai-jutsu (techniques de corps) issu des koryu bujutsu  (vielle école de combat japonaise) et de sa compréhension de l’aiki de Yukiyoshi Sagawa (Daito-ryu)

Ce qui la amener à créer sa méthode, Bujutsu Aunkai. Dans laquelle il a incorporé tous les principes qui forment le développement de la force interne rendant ainsi la méthodologie d’entrainement à l’interne extrêmement fiable et facilement compréhensible.

Akuzawa_minoru_avril 09_089
Akuzawa Minoru

Elle passe par la forge du corps aux travers de l’entrainement aux Tanren, ces entrainements solos statiques ou en déplacement où nous travaillons les principes internes un à un. Avant d’aborder les Kunren, travail à deux, où on cherche à appliquer ces principes d’une manière souple et fluide.

C’est partir du moment où le changement corporel effectué par les Tanren est efficient et permet où corps d’évoluer naturellement avec les principes internes que la phrase du fondateur cité au début prends tout son sens.

kiaz

  1. Hidden in Plain Sight, à la page 224

Pour approfondir cet exposé n’hésitez pas à le compléter par les liens suivants:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s